Yeonhee Park + Bruno Mercier

Yeonhee Park et Bruno Mercier

Yeonhee Park – photographe

self-portrait 620x360px

Depuis longtemps intéressée par les questionnements fondamentaux de l’être humain et les raisons de notre existence, Yeonhee Park s’est tournée vers le bouddhisme auprès du maître Beopjeong. C’est ainsi qu’elle a commencé son projet artistique « Un lieu libre de toutes pensées ».

Très tôt passionnée par la photographie, elle explore ce medium depuis plus de quinze ans avant d’obtenir son diplôme universitaire. C’est à sa rencontre avec le photographe coréen Bohnchang Koo qu’elle décide de dédier entièrement sa création artistique à la photographie.

Intriguée par l’invisible, elle est en quête, comme un chercheur, de l’essence de l’existence : « La vie c’est rêver d’une liberté extérieure à travers une contemplation intérieure. Pour arriver à une liberté éternelle enfin. »

Bruno Mercier – photographe

portrait Bruno Mercier 620x360px

Photographe d’art, Bruno Mercier vit et travaille à Carteret sur la presqu’île du Cotentin, où il a ouvert un Atelier-Galerie, « De Lumière et de Vent », pour présenter ses travaux.

« Je viens à l’origine du monde de l’illustration, j’ai toujours éprouvé une grande admiration pour le travail des graveurs du XIXe et des illustrateurs américains comme Bernie Wrightson. Je me revois hachurer le blanc de mon papier à dessin de ma plume anglaise mouillée de cette encre noire et profonde. Déjà le noir et blanc, les paysages tourmentés, bousculés par les éléments, la recherche du mouvement dans les formes et les lignes habitaient mes travaux.

La lumière, le mouvement et les ambiances puissantes qui laissent libre cours à l’imaginaire sont les thèmes dominants de mes photos. J’aime par-dessus tout composer mes images en jouant avec les rythmes et les lignes qui s’offrent à mon regard…

… Un jeu d’ombres et de lumière, lorsque, justement, la lumière brille au cœur des ténèbres…

Mes photographies sont le reflet de mes sentiments, de mes émotions et par conséquent la perception subjective, forcément, de ce qui m’environne. Car je ne vois pas la photographie comme un art destiné à proposer une simple reproduction du monde, copie imparfaite car figée et incomplète… De fait, je ne suis pas un photographe du réel et si je témoigne, c’est à travers mes propres filtres. Mon but est d’offrir une interprétation artistique du monde, un sentiment propre à enflammer l’imaginaire. Et si l’esthétique a son importance dans mon travail, mon objectif n’est pas la production d’images juste décoratives mais plutôt le désir d’une émotion partagée. »

Acheter une de ses œuvres

Voir leur exposition « Temps suspendus »