Photo 6 photographes site internet

6 photographes amoureux de Paris

Des clichés en noir et blanc des années 1950 à nos jours nous transportent dans les rues de Paris, sur les toits, au bord de la seine, de jour comme de nuit et en toutes saisons. Basé à New York, Nicolas Auvray photographie Paris à la chambre, le plus souvent de nuit pour capter la magie nocturne du miroir de la pluie sur les pavés, des toits qui s’illuminent ou du scintillement de la Tour Eiffel et ses lucioles vibrantes. Sa série « Attractions Nocturnes » a été exposée en grand format à Paris dans le 1er arrondissement en 2015. Il réalise lui-même ses tirages en argentique aux Etats-Unis.

Aude Bernard travaille surtout au moyen format Hasselblad 6×6 en argentique. Après des études de photo en Belgique et en France, elle devient photographe professionnelle, notamment pour le Moulin Rouge. Elle a eu l’occasion d’exposer son travail à New York et le «Terrass Hotel» à Montmartre a fait l’acquisition de son exposition « Les coulisses du Moulin Rouge » et en fait une exposition permanente. Michel Giniès est un amoureux de New York et de Paris, deux villes dont il aime capter les instants de poésie depuis des années. Son Paris est mélancolique, parfois nostalgique et toujours authentique. Il ne cherche pas les effets, juste la vie qui passe avec ses joies et ses peines. Longtemps photographe chez Sipa Press, son ouvrage « Promenades avec les stars en liberté dans les rues de Paris » paru en 2002 est intégré à la BnF.

« Les photographies de Jean-Luc Olezak nous surprennent. Ce flâneur solitaire sait voir et nous faire voir l’insolite et la poésie dans les décors les plus banals comme dans les scènes les plus quotidiennes. Comme si son regard toujours surpris, était celui d’un Polonais en France et d’un Français en Pologne ». Marc Riboud

Photographe d’art et docteur en Sciences physiques vivant aux Etats-Unis, le Paris de Thibault Roland est féérique, magnifié par la pause longue et les perspectives majestueuses sur les lignes architecturales. Il arrête le temps sur la ville qui se fige comme un tableau. Il a été lauréat du Prix de la Photographie de Paris et du International Photography Awards.

Au gré de ses promenades parisiennes, Michel Setboun revisite la ville mythique, en décline les ombres et les lumières, les opacités et les profondeurs. Sous son regard, Paris devient une « lumière noire », un oxymore parfait pour raconter cette ville contradictoire et multiple. Son dernier ouvrage « Paris Lumière noire » vient d’être édité chez La Martinière et ses photos sont exposées à Honk-kong en mai et à Roissy jusqu’à la fin de l’année 2017 avec ADP.